Au Nom de Thione: Foutez-lui la paix à Wally

Au Sénégal, il est devenu une habitude de jeter en pâture nos icônes et de les traiter de tous les péchés d’Abraham. L’acharnement sur le jeune artiste Wally Seck pourrait sous d’autres cieux sembler à une entreprise de destruction en règle. Après l’épisode du sac, celui  du t shirt, voilà maintenant qu’on lui reproche l’attitude de deux danseurs, adules, majeurs et vaccinés qui se sont donnés en spectacle lors d’un concert qui a battu des records d’entrées.  Adulé par la jeune génération, véritable entrepreneur et mécène reconnu, le fils de Thione Seck mérite que le Sénégal lui accorde la reconnaissance qu’il mérite, car loin des artistes nigériens qui ont presque tous migré aux États-Unis, lui a choisi comme ses ainés de rester au pays.  Jamra qui mène un combat noble et reconnu par tous n’a cessé de pointer des accusations de promotion des LGBT sur le jeune Waly Ballago Seck.  Lorsque Feu Thione Seck déclarait que son fils risque de connaître le même sort que lui ou même pire dans son ascension, il ne semblait pas si bien dire. Depuis son émergence sur la scène musicale sénégalaise, le phénomène Wally n’en finit pas de collectionner les qualificatifs et sordides accusations sur sa vie. Cité dans de multiples affaires pas « nettes, il a toujours réussi à se blanchir au grand regret de ses détracteurs. Cependant, lui coller le qualificatif d’ambassadeur de la cause LGBT revient comme un refrain que ne cessent de chanter les « censeurs » de la bonne morale. Qui ne souvient pas de sa déclaration sur une chaine de télévision française balayant d’un revers de la main des affinités à la cause des gays….. lui l’artiste qui se veut planétaire a osé ceux que beaucoup d’artistes, dont des rappeurs engagés n’ont jamais eu à faire. Alors, basta ! il faut qu’on protège et préserve ce nouveau monument de la musique sénégalaise, qui en plus de son talent incontesté, est devenu un véritable capitaine d’industrie qui mérite d’être présenté comme exemple à cette génération qui l’adule. Waly a réussi en peu de temps à se hisser à un niveau que même certains de nos ténors de la musique peinent à apercevoir. D’ailleurs on peut se désoler du manque de solidarité des artistes à son endroit, quand un certain Pawlish semble seul dans la défense de son « frère ». Il est temps qu’on arrête cette entreprise qui vise à faire passer ce père de famille pour ce qu’il n’est pas. Il n’est pas ambassadeur de la cause des LGBT, il n’est en rien responsable des agissements de ses danseurs, comme il ne pourrait s’interdire d’admirer un de loin arc-en-ciel qui brillerait sur nos cieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 × 24 =